Chaussée à voie centrale banalisée

Lorsque la chaussée est trop étroite pour marquer à la fois des voies cyclables et la ligne blanche, mais que la sécurité des cyclistes doit néanmoins être améliorée, une chaussée à voie centrale banalisée représente une solution possible. Elle permet d’aménager une infrastructure légère et peu coûteuse pour faciliter les déplacements cyclistes et ce même dans un espace routier restreint.

La chaussée à voie centrale banalisée se situe entre des voies de circulation et des voies cyclables. La ligne médiane est supprimée et des voies cyclables ou voies multi-usages sont marquées des deux côtés de la chaussée.
Le marquage d’une chaussée à voie centrale banalisée doit tenir compte de différents éléments : tout d’abord, il doit répondre à une demande. Ensuite il faut tenir compte de la largeur de la chaussée, du trafic journalier moyen (TJM), la part de transports publics et de poids lourds, la  déclivité de la route et l’aménagement des bords de la chaussée.

Ce système de chaussée permet d’accroître l’attrait et la sécurité des routes pour les cyclistes. Une étude montre que cela augmente les égards des uns pour les autres et que les usagers adaptent leur vitesse aux conditions de circulation.

  • L’exemple de Birmenstorf (AG)
  • Expériences
  • Pour en savoir plus  
  • Et à l’étranger ?       

Ce thème sera alimenté prochainement.

télécharger le rapport