Bulletin en lien avec le thème

RdA 4/2006 vignette

RdA 4/2006: Traversées piétonnes: vers une suppression des passages piétons?

La question controversée des passages piétons

Selon l’Ordonnance sur les zones 30 et les zones de rencontre, «l’aménagement de passages pour piétons n’est pas admis.» L’idée qui est à la base de cette disposition est que dans les quartiers les piétons devraient pouvoir traverser partout plus librement, sans être contraints par la règle des 50 mètres. On aurait pu aussi imaginer de remettre en cause cette règle, ce qui aurait été plus intéressant pour les piétons, mais ce n’est pas l’option qui a été choisie.

Des exceptions sont possibles «lorsque des besoins spéciaux en matière de priorité pour les piétons l’exigent, notamment aux abords des écoles et des homes». Selon les cantons l’application de cet article est plus ou moins stricte. Pourtant le «notamment» de l’ordonnance permet une marge d’interprétation qu’il faudrait exploiter, comme l’avait souligné un représentant du bpa / Bureau de prévention des accidents lors de la journée Rue de l’Avenir 2006. Certaines grandes communes – c’est le cas de Lausanne, p.ex. – ont maintenu de nombreux passages piétons dans les zones 30, c’est plus difficile de le faire pour les petites communes, qui dépendent du canton.

De manière générale cette disposition est problématique. L’absence de passages piétons signifie que les piétons ne bénéficient plus du tout de la priorité en traversée: dans les zones 30, les automobilistes «sont tenus circuler de manière particulièrement prudente et prévenante» (OSR, art. 22a), mais ils restent prioritaires. Les habitants, en particulier les parents, se montrent presque toujours inquiets de voir disparaître les passages piétons, et certaines communes renoncent à instaurer une zone 30 pour éviter de se trouver devant ce problème.

A Genève, l’ouverture de la zone 30 de la Cluse-Roseraie a déchaîné les passions suite à la suppression exigée par l’Etat de nombreux passages piétons. Des habitants ont «recréé» des passages au moyen de bandes collantes sur la chaussée. Une solution intermédiaire a finalement été trouvée après concertation (voir RdA 3/2005).



Aménagements

En termes d’aménagements, on distingue les déplacements longitudinaux, c’est à dire les trottoirs, des traversées, principalement les passages pour piétons, mais aussi les passerelles ou les sous voies. Les dimensions, la qualité et l’entretien de ces éléments qui composent le réseau piéton sont cruciaux pour permettre et encourager les déplacements à pied. En savoir plus...